CONTRIBUTIONS – SNOWDEN

août 26, 2013  |  Posted by admin
La flotte US s'apprête à frapper la Syrie... vers un remake de la guerre en Irak ?

L’affaire Snowden révèle que nos libertés sont en danger.

Edward Snowden, «l’homme le plus recherché du monde», comme le désigne son avocat, était coincé dans l’aéroport de Moscou depuis le 23 juin dernier dans l’attente d’une décision d’asile politique qui ne venait pas. Une attente quasi désespérée : le gouvernement des États-Unis d’Amérique a utilisé tous les moyens de pression en sa possession – qui sont absolument considérables – pour dissuader les États du monde entier de lui accorder l’asile politique qu’il sollicitait. Des pays d’Amérique du sud avaient bien donné leur accord, mais l’administration US avait à l’évidence pris des dispositions pour l’intercepter. On l’a d’ailleurs vu avec les décisions honteuses de quelques gouvernements européens de refuser l’accès à leur espace aérien au président bolivien qui revenait de Moscou et qui était soupçonné injustement d’amener avec lui le fugitif ! Et le gouvernement français de François Hollande et du PS a évidemment appliqué cette décision avec zèle, en violation d’ailleurs des règles de droit international, sans même que le gouvernement US n’ait eu besoin de le demander, semble-t-il !
Qu’a donc fait de si grave le jeune américain travaillant pour la très puissante agence américaine d’espionnage, la NSA ? Il a juste voulu faire savoir au monde que les citoyens de notre planète étaient tous espionnés dans leur vie privée lorsqu’elle se passe sur Internet. Il a dévoilé l’existence du programme PRISM qui permet le stockage de toutes les données électroniques émises par nos outils informatiques (ordinateurs, tablettes, mobiles,…) ; qu’ainsi des données personnelles et confidentielles sont accessibles à tout moment et en toute simplicité par le personnel de la NSA en violation complète des règles fondant les libertés publiques (voir le dossier dans le Monde Technologie : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/07/31/l-outil-qui-permet-a-la-nsa-d-examiner-quasiment-tout-ce-que-fait-un-individu-sur-internet_3455916_651865.html).
Cette affaire est grave. Elle est même de la plus extrême gravité. La liberté du genre humain est en jeu et Edward Snowden a eu bien raison d’alerter notre Humanité de pratiques qui annoncent sans doute demain des applications toujours plus intrusives dans la vie privée des individus où qu’ils soient dans le monde. Qui peut garantir qu’avec de tels systèmes la liberté individuelle pourra exister demain sans pour autant que le cadre formel de la démocratie soit remis en cause ?
Tout cela n’est-il que pur fantasme ? Bien sûr que non ! Rappelons combien l’administration US est coutumière de mensonges d’État justifiant des politiques de grande violence aux effets sur les civils dramatiques (deux exemples, parmi de nombreux autres : la résolution «Golfe du Tonkin» de 1964 déclenchant l’abominable guerre du Viêt-Nam ; les fausses preuves fabriquées de toutes pièces en 2003 par la CIA d’une existence d’armes de destruction massive pour justifier l’invasion de l’Irak). Le tout dans la violation totale des valeurs démocratiques, des principes d’honnêteté, et, plus grave encore, des règles du droit international.
Alors, qui peut prétendre que le système d’espionnage planétaire mis en place par le gouvernement US ne sera pas un instrument hostile aux libertés individuelles dans le monde ? Il est parfaitement légitime de s’en inquiéter. Edward Snowden a agi à juste raison et avec un courage inouï car il savait qu’il serait poursuivi par tout moyen par les services spécialisés de son pays.
Est-il dès lors normal que le gouvernement de la France soit resté totalement muet sur cette affaire gravissime alors que nos dirigeants PS passent leur temps à donner des leçons à tout le monde sur les droits de l’Homme ? Non, bien sûr ! Encore qu’il convient de rappeler que l’actuel Ministre des Affaires étrangères a toujours été très proche des États-Unis. Par exemple, lors de la crise entre ce pays et la France lors de la décision d’envahir l’Irak, on avait pu noter que Fabius donnait ostensiblement des conférences aux États-Unis alors que ce pays insultait le président de la République française d’alors, M. Chirac, avec une grande violence. Il ne faut donc pas s’étonner de ce silence.
Tout au plus, le président Hollande a exprimé sa colère contre le fait que l’UE ait pu être l’objet d’espionnage et il a menacé de retarder les négociations sur le libre échange qui devaient démarrer entre l’UE et les US si ces derniers ne s’expliquaient pas. Le gouvernement des États-Unis ne s’est évidemment pas expliqué et… devinez quoi ? les négociations ont commencé sans la moindre minute de retard. Tant qu’à se coucher devant l’imperium US (Condolezza Rice, secrétaire d’État US en 2003 affirmait que, s’agissant de l’affaire irakienne, «la France se couchera, comme d’habitude») autant le faire avec discrétion et éviter à notre pays d’être ridiculisé. Hollande présente la France comme un grand pays qui compte. Mais il le dit quand il s’agit de remettre de l’ordre au Mali, pas quand il s’agit de rappeler la grande nation US a ses propres principes de démocratie et de droits de l’Homme.
Et c’est finalement la Russie, présentée par nos chers médias comme un régime anti démocratique (enfin, seulement depuis que Poutine a mis au pas les oligarques qui pillaient sans vergogne l’économie russe !), qui a eu le courage de «décevoir» le gouvernement US en accordant un asile politique provisoire à Snowden. Poutine est peut-être un anti démocrate du point de vue des élites qui dirigent la France, mais en tout cas, il a préservé les chances de survie d’un citoyen du monde qui aurait pu se réfugier dans le lâche mais insouciant silence plutôt que de décider d’alerter le monde sur les dangers qui le menacent.
Alors, oui, il faut aujourd’hui saluer le président Poutine pour sa décision elle aussi très courageuse.

En savoir plus

Comments are closed.