CHARTE ETHIQUE

«Le socialisme ne doit pas chercher hors de lui et au-dessus de lui une morale.
Il est lui-même, pratiquement, une morale.» Jean-Jaurès

La démarche d’adhésion au Parti Socialiste de Gauche (PSG) est individuelle et libre.
Les adhérents du PSG , âgés de plus de 15 ans, s’engagent à participer au débat public et à la vie politique nationale et locale, en militant au sein de cette organisation dans le strict respect des principes éthiques fondamentaux d’une démocratie moderne du XXIè siècle.
La force du discours politique repose sur la sincérité du propos, elle-même fondée sur le strict respect de principes intangibles relevant tant du champ des valeurs communes et partagées que du mode de comportement collectif et individuel.
La présente charte éthique s’impose collectivement du point de vue du fonctionnement interne du PSG et individuellement à tous les adhérents quel que soit leur niveau de responsabilité au sein de cet organe politique. L’adhésion personnelle à la Charte éthique PSG est un acte constitutif de l’adhésion au PSG.

Références collectives fondamentales

Le PSG adhère pleinement aux principes fondamentaux proclamés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 (complétés par les Pactes des Nations Unies de 1966 portant droits civils et politiques d’une part et droits économiques, sociaux et culturels d’autres part), ainsi qu’à ceux prescrits par la Convention européenne des Droits de l’Homme.
Le PSG veut promouvoir et défendre une République démocratique, laïque et sociale, organisant un Etat de droit appliquant la séparation des pouvoirs. L’action du PSG s’inscrit dans le cadre légal en vigueur. Il contribue par son action à l’expression du suffrage universel. Le PSG fait sienne les valeurs républicaines de liberté, d’égalité, de fraternité.
Le PSG défend vigoureusement les principes posés par la laïcité comme cadre de l’action de l’Etat. Il refuse toute ingérence des instances religieuses dans le fonctionnement de l’Etat ainsi que toute prétention de celles-ci à imposer un ordre civil moral à la société. Il affirme le droit de chaque citoyen à pratiquer sa confession religieuse dans le cadre de la loi, dans des conditions dignes.

En tant qu’organisation politique, le PSG s’impose en permanence et à l’égard de tous et toutes, dans un esprit rigoureux d’équité, les principes suivants :

- de respecter les règles internes et les statuts du parti inspirés du droit commun, et ce dans l’esprit et la lettre de la Loi en tant que garant des libertés individuelles, du respect des différences et de l’intégrité des personnes.
>> Nous voulons que chacun soit réellement à égalité face à la Loi ; aucune pratique contraire au Droit ne saurait être tolérée.

- de militer pour l’avènement de l’idéal socialiste comme principe d’émancipation des femmes et des hommes libres, dans le respect des différences et des volontés individuelles dans le cadre de la Loi et des Droits fondamentaux.
>> Nous accordons la primauté à la valeur travail, y compris militant, pour la reconnaissance des mérites individuels au service du projet collectif.

- de rejeter toutes formes de discrimination et reconnaître l’altérité comme une condition de l’espèce humaine ; à lutter contre le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et pour l’égalité homme/femme.
>> Nous affirmons que personne ne saurait souffrir d’aucune discrimination en raison de son âge, son sexe, son orientation sexuelle, son origine, son histoire, sa condition, son niveau d’éducation, sa religion.

- de reconnaître l’éducation pour tous comme condition à la réalisation individuelle de la personne et facteur de cohésion nationale dans le vivre ensemble ; comme «de l’Instruction naît la grandeur des Nation», de la formation de ses militants résulte la force d’un mouvement politique.
>> Nous affirmons que l’accès à la connaissance et l’information est l’un des piliers de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, alors que l’ignorance favorise l’avènement du despotisme de « ceux qui savent ».

***

Exigences collectives et individuelles

L’honnêteté et la sincérité de l’engagement militant doivent être les piliers fondamentaux de l’action politique. Cela signifie en particulier que chacun(e) des militant(e)s doit s’efforcer d’accorder ses dires et ses actes dans sa manière d’être et son rapport aux autres.

Partie intégrante du PSG, chaque adhérent(e) est garant(e) du caractère démocratique et républicain des pratiques et du fonctionnement interne du parti. Cela implique qu’il ou elle veille par sa propre attitude et par son observation critique à ce que les pratiques internes du PSG et les relations individuelles entre chaque adhérent respectent effectivement les principes de la présente Charte éthique.

Egalité et respect des différences
La reconnaissance individuelle par le parti ne saurait résulter d’autre chose que de l’effort dans le travail accompli et des qualités intrinsèques de la personne dans son rapport au collectif.
>> Nul individu ni groupe d’individus ne sauraient au sein du parti se prévaloir d’une quelconque primauté intrinsèque ; Nul ne peut être empêché de postuler aux fonctions dirigeantes et/ou électives.

Travail et implication militants
Le travail militant est libre ; chacun y participe en fonction de ses aptitudes et à proportion de sa disponibilité. L’engagement politique ne peut être opposé aux contraintes familiales et professionnelles. Du travail militant dans la durée et du vote des militants naît la légitimité des candidatures aux fonctions électives que le PSG soutient.
>> Nul ne saurait être empêché ou entravé dans sa volonté de militer et contribuer à la vie interne du parti dès lors qu’il respecte les règles internes et la charte éthique ; chacun peut accéder aux fonctions dirigeantes du parti à tous les échelons et briguer l’investiture du parti aux fonctions électives.

Liberté d’expression et diversité des opinions
La diversité sociologique des adhérents est une caractéristique revendiquée par le PSG. De ces différences se nourrissent la qualité des débats internes et la force des propositions exprimées par ses représentants. Chacun est libre d’exprimer son opinion dans le débat interne qui est organisé de telle manière qu’aucun adhérent n’en soit exclu.
>> Nul ne saurait être exclu du débat interne ; nul ne peut se prévaloir à lui (elle) seul(e) de l’expression collective du parti.

Respect mutuel et intégrité de la personne
Le PSG reconnaît l’égalité entre ses membres comme principe fondamental. Les relations humaines au sein du parti relèvent du respect mutuel et de l’acceptation de l’altérité, sans aucun a priori. Tout comportement agressif, voire violent, de quelque nature qu’il puisse être, est inacceptable qu’il s’exerce à l’encontre d’un groupe ou d’un individu. Les méthodes d’intimidation ou les pressions psychologiques ou physiques à l’égard de quiconque sont définitivement condamnées. Si elles s’avéraient, elles ne pourraient que faire l’objet d’une mise en examen de leurs auteurs selon les formes de la justice qui prévalent dans l’Etat de droit démocratique.
>> Nul, individu ou groupe d’individus, ne saurait être condamné ou mis en cause sans preuve par le seul fait d’allégations ou de dénonciations calomnieuses, et a fortiori, en raison de ses origines ou de ses convictions religieuses ou laïques.

Solidarité et discipline
Les membres du PSG sont solidaires entre eux quant à l’expression publique des positions débattues au sein du parti et tranchées le cas échéant par le vote des adhérents. Chaque militant est tenu de défendre et d’appliquer les grandes options ainsi retenues ; en l’occurrence ses intérêts particuliers ne sauraient prévaloir.
>> Nul ne saurait échapper à la discipline démocratique du parti qui appartient à tous ses militants et non pas seulement à ses dirigeants.

Probité et équité
La corruption, active ou passive, est l’un des facteurs de la crise de confiance envers la classe politique dans son ensemble et de la démocratie représentative. Ces dérives ne sauraient être tolérées. Tout acte de corruption avéré d’un individu ou d’un groupe d’individus devra être sanctionné.
>> Nul ne saurait se soustraire à la justice en raison de sa position sociale ou de ses relations.

Ambition et implication
Militer au PSG, c’est s’impliquer personnellement, dans la mesure de ses disponibilités, aux actions collectives entreprises dans le cadre des combats d’idées qui font la vie publique de la cité. C’est le contraire d’un égoïsme ambitieux au service de ses seuls intérêts individualistes.
>> L’ambition au service de la chose politique ne vaut qu’au service d’un projet collectif.

Mandat électif et responsabilité électorale
L’élu(e) est un(e) militant(e) qui met en oeuvre les propositions du PSG dont il a obtenu l’investiture pour le représenter lors des élections. Il est responsable de son action envers son parti et vis-à-vis des électeurs. Un mandat électif est un moyen au service d’un projet collectif, et non une fin en soi au service d’un égoïsme personnel.
>> Nul ne saurait être propriétaire de sa fonction élective ; l’élu(e) est au service de la collectivité et non l’inverse – ce principe est une des conditions au rétablissement de la confiance.

Comments are closed.